Lalolalo

Publié le par Violette et David

(article un peu ancien qui attendait sagement le rétablissement d'une ligne Internet correcte, tout ceci s'est produit le mercredi des vacances)

Mercredi, 5h30, coup de téléphone : « pas la peine de vous lever, trop de vent, on reporte la partie de pêche. » 8h30 qu'à cela ne tienne, on va bien trouver quelque chose à faire pour passer une agréable matinée. Coup de fil à Nicole et Jeff et nous voilà tous les 4 dans le 4x4 en route pour le lac Lalolalo, mais avant d'y parvenir, nous nous sommes aventurés sur quelques pistes hasardeuses et boueuses (et oui, il avait plu toute la nuit). Le vitara passe partout !!! A chaque flaque la même question nous hante « quelle peut en être la profondeur ?! » Heureusement, aucune mauvaise surprise et une très belle matinée. Au bout d'une piste assez chaotique, un paysage magnifique : la mangrove à marée basse, silence, contemplation, émerveillement. Puis c'est au détour d'une piste, avec une très grande surprise, que nous avons découvert la construction de la chapelle du Sacré Coeur, dédiée à Saint Pierre Chanel, Saint Irène et Sacrée Coeur. On a l'impression de faire un bon de plusieurs centaines d'années en arrière : des tailleurs de pierres à la main, des plans « dans la tête », des ouvriers pieds-nus et un « chef de chantier » qui, en fait, est un pêcheur. Il se prénomme Sosefo et nous réserve un accueil très chaleureux car il n'en revient toujours pas de voir sur son chantier des « européens » comme il dit. Il nous invite à emprunter les escaliers en construction pour admirer la vue sur le lagon, instant magique... Il met beaucoup d(enthousiasme à nous parler des trois statues à l'effigie des saints qui orneront la façade, et ses yeux scintillent quand il évoque la cloche commandée par les gens du village qui habitent désormais la Nouvelle Calédonie.

A bientôt, Sosefo et tous les villageois de Ahoa. Nous promettons de revenir pour l'arrivée de la cloche. Dernière étape : le lac Lalolalo, le plus grand cratère des volcans qui ont donné naissance à Wallis et à son lagon. Quelques mots échangés : les américains, les jeeps, les chars, les anguilles aveugles, mais c'est surtout le silence et la quiétude du lieu qui envoûtent les promeneurs.

Publié dans L'île de Wallis

Commenter cet article

Lily 11/08/2006 22:32

Quand je pense que j'y suis descendue et promener dans ce cratère sur un radeau fait de fûts, c'était très impressionnant mais je n'ai pas recommencé.
en fait a Wallis, il y a pas mal de cratères avez-vous été voir l'ile par l'intermédiaire de geoportail de l'IGN ? On voit bien les détails.
bon we Violette et David, on attend le prochain reportage sur le fort tongien peut-être ?